Prince Philip Banner

June 10, 1921 – April 9, 2021



"My strength and stay"
"Her support and steadfast companion"


With the news of the death of HRH The Prince Philip, Duke of Edinburgh, Canadians join in extending their deep sympathy and great love to our bereaved Queen, together with all the members of the Royal Family.


Blessed with a restless, probing intelligence, Philip played a key role throughout the Reign in supporting Her Majesty and easing the institution of the Monarchy into the modern media era of increased scrutiny and heightened public expectation. Many will have seen this role underscored once again in the television series Windsor Castle: A Royal Year where Philip's deft hand was apparent both on the Castle grounds where he served as Ranger, and within the Palace's overall routine.


Reflecting on his Marriage at their Golden Wedding Anniversary Luncheon in 1997, Philip told a Guildhall audience, "The main lesson that we have learnt is that tolerance is the one essential ingredient of any happy marriage. It may not be quite so important when things are going well, but it is absolutely vital when the going gets difficult. You can take it from me that the Queen has the quality of tolerance in abundance."


At the Prime Minister's Lunch celebrating the occasion several days later, Tony Blair paid tribute to the Duke's sense of duty, calling the marriage a partnership: "He works in his own right across a huge range of charities and organisations and he is also there by The Queen's side, her support and steadfast companion."


It was on this day that The Queen spoke personally about her Consort: "All too often, I fear, Prince Philip has had to listen to me speaking. Frequently we have discussed my intended speech beforehand and, as you will imagine, his views have been expressed in a forthright manner. He is someone who doesn't take easily to compliments but he has, quite simply, been my strength and stay all these years, and I, and his whole family, and this and many other countries, owe him a debt greater than he would ever claim, or we shall ever know."


Philip's scores of Canadian homecomings underscored his many involvements in the affairs of the Maple Monarchy. In 1957, he addressed the Canadian Medical Association and told Canadians to get fit. Not ten years later, he observed that if we found the Monarchy no longer useful, we could get rid of it without a fuss or opposition from the Royals. This characteristically outspoken remark — undoubtedly mirroring the Sovereign's views — allowed such republican sentiment as existed to be discussed openly in Ottawa and through the country, with the result that some sixty years on, the institution functions well, and is entrenched in Canada's Constitution.


In addition to many duties with his Regiments here, and with assorted patronages ranging from the World Wildlife Fund to Upper Canada College and the Commonwealth Study Conferences, the Prince's most visible and perhaps most significant public achievement in Canadian life was his role as an active and "hands-on" founder, promoter and sustainer of the Duke of Edinburgh's Award Challenge for young people. Founded in 1956, and established in Canada in 1964, Philip saw this broad series of opportunities for youth spread throughout the Commonwealth and beyond.


One measure of the Duke's resilience well into his 80's was his overnight visit to Toronto in 2004, for a fund-raising Dinner honouring him and the 40th Anniversary of the Canadian Award Scheme. Characteristically, he agreed to be honoured only if the event would raise funds for the charity — which it did to the tune of $760,000! One of the briefest of more than 60 Canadian homecomings marked too the gradual and provident handing over of HRH's most active involvement in the Award to his youngest son, Edward, the Earl of Wessex, who in time will be given his late Father's Dukedom.


Philip’s final return to Canada in 2013 was again a remarkable investment of determination and strength for a man well into his nineties. The Duke came to present a new Colour to his Royal Canadian Regiment, based in Toronto. A busy public program was complemented by the Governor General’s presenting him with the insignias of the Companion of the Order of Canada and the Order of Military Merit, two of the highest Canadian honours.


Standing in sharp contradiction to the media's hurtful characterization of him as opinionated and insensitive, Philip was in fact a man of deep feeling and profound religious conviction. He generally kept his faith a private matter. However, in 1998 he allowed some light to be shed on how his religious views intersected with his environmental concerns, when he sat at his typewriter and personally composed the following at the request of his friend, Lady Cassidi, who was compiling in book form an anthology of favorite prayers: "O Lord, the creator of the universe and author of the laws of nature, inspire in us thy servants the will to ensure the survival of all the species of animals and plants, which you have given to share this planet with us. Help us to understand that we have a responsibility for them and that having dominion does not mean that you have given us the right to exploit the living world without thought for the consequences. Through him who taught us that Solomon in all his glory could not compare with the beauty of the flowers of the field."


Additional evidence of the sensitive feelings lying beneath the Duke's occasional tendency to seem to speak brusquely emerged when it was revealed he had written a series of deeply sympathetic letters to Diana, at a time when the Princess' highly-public marital difficulties were emerging.

Keen sailor, competent flyer, possessed of a distinguished War record in the Royal Navy, a man of many parts, this great-great grandson of Queen Victoria (through Princess Alice, her third child), was born into the Greek Royal House. Fate and love brought him into the British Royal Family, while duty and disposition carried him to a Commonwealth and world-wide role of distinction and long service maintained to the end of a singularly useful life.

When in her Golden Wedding speech Her Majesty referred to Prince Philip as her strength and stay she was deliberately quoting a phrase from a much-loved hymn entitled "O strength and stay, upholding all creation." The second verse of that hymn appropriately reflects the physical stamina, ardent spirit and sincere faith of a man who so deeply loved our Queen and, active to the end, so well served Her peoples:


Grant to life's day a calm unclouded ending,
An eve untouched by shadows of decay,
The brightness of a holy deathbed blending
With dawning glories of the eternal day.




FAQ’S ON THE DEATH OF THE DUKE OF EDINBURGH


How can I send a message of sympathy to The Queen?

You can write The Queen directly (postage is not necessary in either case but might be prudent)

Her Majesty The Queen
Buckingham Palace
LONDON SW1A 1AA
United Kingdom

or

Her Majesty The Queen
c/o Rideau Hall
1 Sussex Drive
OTTAWA, ON K1A 1A1

On such an occasion, while one could use the formal salutation “May it please Your Majesty” and formal close, “I remain Your Majesty’s most humble and obedient servant,” the times and the occasion both suggest that a letter touching HM so deeply and coming from your heart to a grieving Sovereign - not to mention the formality never being necessary for children who might write - would seem more personal if one simply began with, “Dear Queen Elizabeth” or “Your Majesty” and ended with, “With sympathy and affection” or some such expression of understanding.


Is there a Canadian charity to which I could make a donation in memory of the Duke of Edinburgh?

The Commonwealth-wide charity, active and successful in Canada, is the Duke of Edinburgh’s Award, to which HRH gave hands-on leadership for decades, and now is piloted by the Earl of Wessex. On line donations or contact information to mail a gift (it is a Canadian charity for tax purposes) The Duke of Edinburgh's Award - and the Award may well have on its site a special suggestion for gifts at the time of HRH’s death.


What key facts about the Duke might I share to younger Canadians and the newest members of our Canadian family?

We’re not all “royal watchers” so it’s important to be able to communicate a few facts quickly to young and new Canadians, around the water cooler and in similar situations:

A) Philip’s remarkable support for The Queen and their family and thus the Throne throughout the Reign. Quite something when he was a capable and independent individual who always subordinated his own agenda in favour of the best interests of his wife, the Sovereign. That said, The Queen was quick to adopt, encourage and benefit from - as a person and Monarch - the Duke’s lively mind and inspired innovations to keep the Crown relevant while at the same time respecting tradition. The beloved “Pappa” was very much regarded as the head of the blood family by the generations of the Royal Family.

B) His support for volunteerism, especially through the Award Scheme named after him, has encouraged decades of young Canadians to learn more about their own capabilities, their country and their fellow subjects in an outward, giving and inclusive way. Investigating the Award’s Canadian website would be instructive for all.

C) We can admire the complexity of the Duke’s character - probably not unlike other folk we know who can occasionally seem brusque or be “politically incorrect” but who also are deeply sensitive, thoughtful and giving in nature, though they might normally reserve the display of these for private life. The lesson? Perhaps a very important one: Let’s not to be quick to criticize others when we don’t know the while story.


What marks of respect for the Duke and sympathy to The Queen could I show personally and/or encourage in my community?

A) Flags should be flown at half-staff until after the Duke’s Funeral.

B) Your City Council might like to send “official” sympathy to The Queen on behalf of its residents.

C) Schools should hold an assembly to learn about the Duke’s life and accomplishments, and to launch classroom projects to send a card or other expression of sympathy to The Queen.

D) Your faith community might hold a special memorial service or incorporate special prayers and readings in its regular liturgy to honour the Duke and uplift The Queen.

E) Above all, be it a club, a school class or a family/individual, perform a deed or deeds of random kindness in the Duke’s honour, and then let The Queen know what you have done; nothing could comfort and please her more! For example, a League member of our acquaintance makes a point of visiting a gritty area of Toronto on royal occasions bearing some trays of cupcakes or some other treat, and letting some of the homeless and marginally-houses folk know that this is a gift to honour/celebrate/remember... The same could be done at a women’s shelter, for residents of a nursing home or for veterans at the local Legion Branch.


After Prince Albert died, Queen Victoria almost disappeared from public view for a good part of the remaining years of her Reign. Will our Queen do likewise?

A very different era and very different personality suggest that our present Queen will continue - to use the watchword of her long Reign - to do her DUTY. There may will be a period where she seeks the consolation and support of those closest to her; but there is every reason to believe that HM will continue her daily round as a constitutional monarchy, and at the same, continue the process whereby she is gradually undertaking fewer public engagements in her tenth decade.

10 juin 1921 – 9 avril 2021



« Ma force et mon soutien »
« Son soutien et son fidèle compagnon »


Ayant appris le décès de Son Altesse Royale, le Prince Philip, duc d’Édimbourg, les Canadiens et les Canadiennes s’unissent pour exprimer leurs plus sincères condoléances et leur amour à notre Reine endeuillée, ainsi qu’à tous les membres de la Famille Royale.

Intelligent et curieux d’esprit, Philip a joué un rôle clé tout au long du règne en soutenant Sa Majesté et en aidant l'institution de la monarchie à s’insérer dans l'ère des médias modernes marqué par une surveillance plus intense et par des attentes accrues du public. Beaucoup d’entre nous auront vu ce rôle souligné de nouveau dans la série télévisée Château de Windsor : une année royale, où la main habile de Philip était apparente à la fois sur les terrains du château, où il a servi comme ranger, et dans la routine générale du palais.

En réfléchissant sur son mariage lors de son déjeuner de noces d'or en 1997, Philip a déclaré à une audience au Guildhall : « La leçon principale que nous avons apprise est que la tolérance est l'ingrédient essentiel de tout mariage heureux. Peut-être n’est-elle pas si importante quand les choses vont bien, mais elle est absolument vitale quand les choses se compliquent. Vous pouvez me croire sur parole que la Reine a cette qualité de la tolérance en abondance. »

Au déjeuner du premier ministre célébrant la même occasion plusieurs jours plus tard, Tony Blair a rendu hommage au devoir du duc en qualifiant le mariage de « partenariat » : « Il travaille à part entière à soutenir une vaste gamme d’organismes de bienfaisance et d’autres organisations, et il est également présent aux côtés de la Reine, son soutien et son compagnon inébranlable. »

Ce fut au même déjeuner que la Reine a parlé de son consort: « J’ai bien peur que le prince Philip n’ait dû m’entendre parler trop souvent. Nous avons souvent discuté de mes discours à l’avance et, comme vous pouvez vous l’imaginer, ses opinions ont été exprimées de manière directe. C’est quelqu'un qui reçoit difficilement des compliments, mais il a tout simplement été ma force et mon soutien pendant toutes ces années. Moi, tous les membres de la famille, ce pays et plusieurs autres pays, on lui doit une dette de reconnaissance plus importante qu’il n’admettrait ou que nous ne saurons jamais. »

Les nombreux retours au Canada que Philip a faits ont souligné sa participation assidue aux affaires au sein de la monarchie érable. En 1957, en s'a adressant à l'Association médicale canadienne, il a encouragé les Canadiens et Canadiennes à se mettre en forme. À peine dix ans plus tard, il a fait observer que si nous trouvions que la monarchie n’était plus utile, nous pourrions nous débarrasser d’elle sans tapage ni opposition de la part de la Famille Royale. Cette franchise, caractéristique du prince, reflète sans aucun doute les opinions de la Souveraine – ce qui a permis au peu de sentiment républicain existant d'être discuté ouvertement à Ottawa et à travers le pays, et ce qui fait que, quelque 60 ans plus tard, l'institution fonctionne bien et se trouve enchâssée dans la Constitution canadienne.

En plus de ses nombreux devoirs auprès de ses régiments au Canada et des nombreux patronages, comme the World Wildlife Fund au Upper Canada College en passant par les Conférences d’études du Commonwealth, la réalisation publique la plus visible et, peut-être, la plus importante du prince dans la vie canadienne fut son rôle actif en tant que fondateur et promoteur du Prix du duc d'Édimbourg pour les jeunes. Fondée en 1956 et établie au Canada en 1964, Philip a vu cette vaste série de possibilités pour les jeunes se répartir à travers le Commonwealth et au-delà.

Une mesure de la résilience du duc, bien passé le cap de 80 ans, fut sa visite d’une nuit à Toronto en 2004 pour un dîner de collecte de fonds en l'honneur du 40e anniversaire du Prix International du duc d’Édimbourg. De façon caractéristique, il a accepté d'être honoré à condition que l’événement recueille des fonds pour cet organisme de bienfaisance – ce qui a donné 760 000 $! L'un des plus brefs de ses 60 retours au Canada fut marqué par la remise progressive et providentielle de la participation la plus active de son Altesse royale au prix à son fils cadet, Edward, comte de Wessex, qui en temps voulu héritera du duché de son regretté père.

Le retour ultime de Philip au Canada en 2013 a vu un nouvel investissement de détermination et de force de sa part – remarquable pour un homme bien dans sa dixième décennie. Le duc est venu présenter un nouveau drapeau à son Royal Canadian Regiment, dont la base se trouve à Toronto. En plus d’un programme public très chargé, le gouverneur général du Canada lui a remis les insignes de Compagnon de l’Ordre du Canada et de Commandeur de l’Ordre du mérite militaire, deux des plus hautes distinctions honorifiques canadiennes.

En nette contradiction avec la caractérisation blessante faite de lui par les médias comme un homme opiniâtre et insensible, en réalité, Philip était un homme de profond sentiment et de conviction religieuse sincère. Il a généralement gardé sa foi une affaire privée. Toutefois, en 1998, il a laissé échapper un peu de lumière sur la façon dont ses points de vue religieux interceptaient ses préoccupations environnementales lorsqu'il se trouvait à sa machine à écrire et a composé ce qui suit à la demande de son amie Lady Cassidi qui compilait sous forme de livre une anthologie des prières préférées : « Seigneur, créateur de l'univers et auteur des lois de la nature, inspire en nous, tes serviteurs, la volonté d'assurer la survie de toutes les espèces d'animaux et de plantes que tu as données pour partager cette planète avec nous. Aide-nous à comprendre que nous avons une responsabilité envers eux et que dominer ne signifie pas que tu nous as donné le droit d'exploiter le monde vivant sans penser aux conséquences. Par Celui qui nous a appris que Salomon, dans toute sa gloire, ne pouvait se comparer à la beauté des fleurs du champ. »

Une preuve supplémentaire des sentiments sensibles cachés sous la tendance occasionnelle du duc à sembler parler brusquement a vu le jour quand on a révélé qu'il avait écrit une série de lettres profondément sympathiques à Diana à une époque où les difficultés maritales très-publiques de la princesse commençaient à transpirer.

Marin passionné, pilote expérimenté, Philip possédait un record de guerre distingué dans la Royal Navy. Homme aux talents multiples, cet arrière-arrière-petit-fils de la reine Victoria (par la princesse Alice, son troisième enfant), né au sein de la maison royale de Grèce, le destin et l'amour l'ont amené dans la Famille Royale britannique, alors que son devoir et sa disposition l'ont porté à un rôle de distinction dans le Commonwealth et dans le monde entier et de service prolongé maintenu jusqu’à la fin d'une vie particulièrement utile.

Lorsque, au cours de son discours de noces d'or, Sa Majesté a qualifié le prince Philip de « sa force et son soutien », elle citait délibérément une phrase d'un hymne très aimé intitulé « O Strength and Stay, upholding all creation ». Il est approprié que le deuxième verset de cet hymne reflète l’endurance physique, l'esprit ardent et la foi sincère d'un homme qui a si profondément aimé notre Reine et qui, actif jusqu'à la fin, a si bien servi les peuples de Sa Majesté :


Grant to life's day a calm unclouded ending,
an eve untouched by shadows of decay,
The brightness of a holy deathbed blending
with dawning glories of the eternal day.




FAQ SUR LA MORT DU DUC D'ÉDIMBOURG


Comment envoyer un message de sympathie à La Reine?

Vous pouvez écrire directement à la Reine (l'affranchissement n'est pas nécessaire dans les deux cas mais peut être prudent)

Sa Majesté la Reine
Le palais de Buckingham
LONDON SW1A 1AA
Royaume-Uni

ou

Sa Majesté la Reine
a/s Rideau Hall
1, promenade Sussex
OTTAWA, ON K1A 1A1

En une telle occasion, alors que l'on pourrait utiliser la salutation formelle "Que cela plaise à Votre Majesté" et la clôture formelle, "Je reste le serviteur le plus humble et le plus obéissant de Votre Majesté", les temps et l'occasion suggèrent tous deux qu'une lettre touchant SM si profondément et venant de votre cœur à une Souveraine en deuil - sans parler de la formalité qui n'est jamais nécessaire pour les enfants qui pourraient écrire - semblerait plus personnel si l'on commençait simplement par «Chère Reine Elizabeth» ou «Votre Majesté» et finissait par «Avec sympathie et affection» ou une telle expression de compréhension.


Y a-t-il un organisme de bienfaisance canadien auquel je pourrais faire un don à la mémoire du duc d'Édimbourg?

L’organisme de bienfaisance à l’échelle du Commonwealth, actif et prospère au Canada, est le prix du duc d’Édimbourg, auquel HRH a donné un leadership pratique pendant des décennies, et est maintenant piloté par le comte de Wessex. Dons en ligne ou coordonnées pour envoyer un cadeau (c'est un organisme de bienfaisance canadien à des fins fiscales) Prix du Duc d'Édimbourg - et le prix pourrait bien avoir sur son site une suggestion spéciale de cadeaux au moment de La mort de HRH.


Quel (s) fait (s) clé (s) sur le Duc puis-je partager avec les jeunes Canadiens et les nouveaux membres de notre famille canadienne?

Nous ne sommes pas tous des «observateurs royaux», et il est donc important de pouvoir communiquer rapidement quelques faits aux jeunes et aux nouveaux Canadiens, autour de la fontaine à eau et dans des situations similaires:

A) Le soutien remarquable de Philip à la Reine et à leur famille et donc au Trône tout au long du règne. Tout à fait quelque chose quand il était un individu capable et indépendant qui subordonnait toujours son propre programme en faveur des meilleurs intérêts de sa femme, la Souveraine. Cela dit, la Reine a rapidement adopté, encouragé et bénéficié - en tant que personne et monarque - de l'esprit vif du duc qui a inspiré des innovations pour garder la Couronne pertinente tout en respectant la tradition. La bien-aimée «Pappa» était très considérée comme le chef de la famille du sang par les générations de la famille royale.

B) Son soutien au bénévolat, en particulier par l'entremise du programme de prix qui porte son nom, a encouragé des décennies de jeunes Canadiens à en apprendre davantage sur leurs propres capacités, leur pays et leurs camarades de façon ouverte, généreuse et inclusive. Examiner le site Web canadien du prix serait instructif pour tous.

C) Nous pouvons admirer la complexité du personnage du duc - probablement pas contrairement à d'autres personnes que nous connaissons qui peuvent parfois sembler brusques ou être «politiquement incorrectes» mais qui sont également profondément sensibles, réfléchies et généreuses, bien qu'elles puissent normalement réserver l'affichage de ceux-ci pour la vie privée. La leçon? Peut-être une question très importante: ne soyons pas rapides à critiquer les autres lorsque nous ne connaissons pas l'histoire complête.


Quelles marques de respect pour le Duc et de sympathie envers la Reine pourrais-je manifester personnellement et/ou encourager dans ma communauté?

A) Les drapeaux doivent être hissés à la moitié du bâton jusqu’après les funérailles du duc.

B) Votre conseil municipal voudra peut-être envoyer une sympathie «officielle» à la Reine au nom de ses résidents.

C) Les écoles devraient tenir une assemblée pour en apprendre davantage sur la vie et les réalisations du Duc et pour lancer des projets en classe afin d'envoyer une carte ou toute autre expression de sympathie à la Reine.

D) Votre communauté religieuse pourrait organiser un service commémoratif spécial ou incorporer des prières et des lectures spéciales dans sa liturgie régulière pour honorer le Duc et consoler la Reine.

E) Surtout, que ce soit un club, une classe d'école ou une famille/un individu, peut effectuer un acte ou des actes de bonté au hasard en l'honneur du Duc, puis faites savoir à la Reine ce que vous avez fait; rien ne pouvait la réconforter et lui faire plus plaisir! Par exemple, un membre de la Ligue de notre connaissance se fait un devoir de visiter un quartier graveleux de Toronto lors d'occasions royales, portant des plateaux de cupcakes ou d'autres friandises, et de faire savoir à certains sans-abri et aux marginaux que c'est un cadeau pour honorer/célébrer / se souvenir ... La même chose pourrait être faite dans un refuge pour femmes, pour les résidents d'une maison de soins infirmiers ou pour les anciens combattants de la filiale locale de la Légion.


Après la mort du Prince Albert, la Reine Victoria a presque disparu du public pendant une bonne partie des années restantes de son règne. Notre Reine fera-t-elle de même?

Une époque très différente et une personnalité très différente suggèrent que notre Reine actuelle continuera - pour reprendre le mot d'ordre de son long règne - à faire son devoir. Il y aura peut-être une période où elle cherchera la consolation et le soutien de ses proches; mais il y a tout lieu de croire que SM continuera sa tournée quotidienne en tant que monarchie constitutionnelle et, en même temps, poursuivra le processus par lequel elle entreprend progressivement moins d'engagements publics au cours de sa dixième décennie.


Contact

  domsec (@) monarchist.ca
  (1-800) 465-6925
  The Monarchist League of Canada
PO Box 1057
Lakeshore West PO
Oakville, Ontario L6K 0B2

Keep in Touch