Mary Simon La gouverneure générale

Le gouverneur général

Mary Simon

La nomination de Mary Simon pour représenter la Reine du Canada en tant que gouverneure générale a suscité l'enthousiasme de nombreux Canadiens d'un océan à l'autre ; elle semblait particulièrement appropriée, car tous espéraient que cette période serait marquée par un processus de réconciliation, par une sortie progressive de la pandémie, par une meilleure compréhension de la Couronne canadienne et par une atmosphère plus heureuse à Rideau Hall.

Ces vœux pieux - qui ne sont pas faciles à réaliser du jour au lendemain - peuvent être réunis dans un espoir : celui que tous considèrent le service de la future Son Excellence comme une ère de nouveaux départs, de compréhension nouvelle, de proximité sociale renouvelée et d'unité nationale trouvée et encouragée par la plus vénérable institution de gouvernance canadienne. Hérissée des noms des grands, tels que Massey, Vanier et Johnston, elle est maintenant confiée à Mme Simon à la veille d'une année de jubilé dans tout le Commonwealth, une occasion de célébration et de rassemblement pour tous ceux qui vivent dans cette communauté unique et diverse de nations qui ne recherchent pas la puissance militaire, mais la compréhension et le soutien mutuel.

Les Canadiens lui souhaitent bonne chance - et espèrent qu'en tant que Gouverneure générale du Canada, dans toute sa complexité et sa diversité, ses forces et ses faiblesses, elle suivra l'exemple de service de la Reine ; qu'elle saura, à sa manière, gagner l'amour de ses peuples à travers le pays ; et qu'elle profitera de chaque instant de son séjour à Rideau Hall.

Biographie comme fourni par Rideau Hall

Mary Simon est reconnue sur la scène nationale et internationale pour son travail à l’égard des enjeux liés à l’Arctique et aux Autochtones et pour avoir défendu les droits et la culture des Inuits.

Née à Kangiqsualujjuaq, au Nunavik (Québec), Mme Simon a commencé sa carrière comme animatrice de radio au Service du Nord de CBC/Radio-Canada (aujourd’hui CBC/Radio-Canada Nord) dans les années 1970. Par la suite, elle a occupé plusieurs postes de direction au sein de l’Association des Inuit du Nouveau-Québec et de l’Inuit Tapiriit Kanatami, où elle a pris part aux négociations entourant les premiers accords sur les revendications territoriales au Canada. Lorsqu’elle était présidente de la Société Makivik, elle a participé directement à la mise en œuvre de la Convention de la baie James et du Nord québécois ainsi qu’à la protection et à la promotion des droits des Inuits en vertu de la Convention.

Avec d’autres chefs autochtones, elle a pris une part active aux négociations menant au rapatriement de la Constitution canadienne en 1982, ce qui a officiellement inscrit les droits ancestraux et issus de traités dans la loi suprême du Canada.

Elle a ensuite siégé au conseil de direction de la Conférence circumpolaire inuite (aujourd’hui le Conseil circumpolaire inuit), au sein duquel elle a exercé deux mandats à titre de présidente. Elle a également été commissaire à la Commission d’établissement du Nunavut et codirectrice des politiques à la Commission royale sur les peuples autochtones.

De 1994 à 2003, Mme Simon a été ambassadrice aux Affaires circumpolaires. De fait, elle fut la première Inuite à occuper un poste d’ambassadeur. Pendant cette période, elle a négocié la création du Conseil de l’Arctique et, en parallèle, elle a occupé les fonctions d’ambassadrice du Canada au Danemark de 1999 à 2001.

À compter de 2006, Mme Simon a rempli deux mandats en tant que présidente de l’Inuit Tapiriit Kanatami. En 2008, au nom des Inuits, elle a présenté devant la Chambre des communes une réponse aux excuses officielles relatives aux pensionnats autochtones. Elle a mis sur pied la Fondation des enfants et des jeunes de l’Arctique et, jusqu’en 2014, elle a occupé la présidence du Comité national sur l’éducation des Inuits.

En 2017, en tant que représentante spéciale de la ministre, Mme Simon a présenté à la ministre des Affaires autochtones et du Nord le rapport intitulé « Un nouveau modèle de leadership partagé dans l’Arctique », qui préparait le terrain à l’élaboration de politiques et de programmes stratégiques importants à l’appui de l’Arctique et de ses habitants.

Parmi les distinctions qui lui ont été remises, Mme Simon est officière de l’Ordre du Canada et officière de l’Ordre national du Québec. Elle a également reçu la Médaille du Gouverneur général pour la nordicité, l’Ordre d’or du Groenland, le Prix national d’excellence décerné aux Autochtones, la Médaille d’Or de la Société géographique royale du Canada et la médaille Symons.




La gouverneure générale et la reine





Julie Payette et la reine.

Trois anciens gouverneurs généraux


Julie Payette


Julie Payette a apporté son expérience en tant qu'astronaute et en affaires, ses talents de polyglotte, ainsi qu'un intérêt particulier pour l'environnement et une passion pour la musique à Rideau Hall lorsqu'elle a été assermentée comme la représentante de la Reine au Canada le 2 octobre 2017. En tant que 29e gouverneure générale, elle a exhorté les Canadiens à travailler ensemble sur des questions telles que le changement climatique, la migration et la pauvreté, soulignant dans son discours d'installation : « Tout le monde peut accomplir quelque chose et relever le défi, d’abandonner l'agenda personnel et atteindre un but plus élevé et faire ce qui est juste pour le bien commun. C'est exactement ce que j'espère que mon mandat de gouverneur général. » Pendant la pandémie, Mme Payette a animé une série de conversations gg qui ont permis à des experts dans divers domaines, dont un certain nombre médicaux, d’interagir avec les membres du public dans le cadre de conversations virtuelles en temps réel produites par Rideau Hall.

Toutefois, au début de son mandat, s’adressant à un congrès scientifique à Ottawa, elle a suscité l’hostilité lorsqu’elle a semblé ridiculiser la foi : « Pouvez-vous croire que c’est encore aujourd’hui dans la société savante, dans les chambres du gouvernement, malheureusement,... nous discutons encore et nous nous interrogeons encore sur la question de savoir si la vie était une intervention divine ou si elle sortait d’un processus naturel et encore moins, oh mon Dieu, un processus aléatoire », a déclaré Mme Payette, dans ce que La Presse Canadienne a rapporté comme une « voix incrédule ». Plus tard au cours de son mandat, il a été révélé qu’elle avait refusé d’emménager à Rideau Hall et qu’elle avait de la difficulté à accepter l’aide professionnelle et les conseils rendus par les détails de la GRC responsables de sa sécurité. Vivant avec sa secrétaire privée à Rideau Cottage, qui n’avait aucune expérience antérieure de la gestion d’une partie de la fonction publique fédérale, Payette a ensuite été accusée d’être impolie et abusive envers les membres de son équipe à Rideau Hall. Les plaintes ont atteint un niveau qui a amené le gouvernement à mener une enquête dont les conclusions étaient suffisamment accablantes pour qu’elles a amené le premier ministre à demander sa démission.

Les 28 prédécesseurs de Mme Payette jouissaient de différents niveaux de visibilité et de popularité. Cependant, aucun n’avait déshonoré la Souveraine qu’ils représentaient au mieux de leurs capacités. La promesse initiale et l’excitation. autour de la nomination de Julie Payette s’effondra, et avec raison. Dans le même temps, non seulement les monarchistes ont souligné l’absence de contrôle compétent de ses emplois les plus récents, et l’absence de longue date d’un ménage permanent à Rideau Hall, comme cela avait existé pendant le long service d’Esmond Butler, qui aurait pu l’éloigner des difficultés et lui a également permis d’être employée au nom de la Reine et de la Nation.





David Johnston, gouverneur général 2010-2017: un occupant modèle de Rideau Hall.


David Johnston


En 2010, les Canadiens ont accueilli David Johnston, ancien président de l'Université de Waterloo, sur son installation comme gouverneur général du Canada. Ceux qui avaient suivi la carrière de Son Excellence connaissait ses abondantes "compétences des personnes,” son intelligence et sa personnalité affable – ainsi que sa profonde connaissance et de la Constitution du Canada et de l'histoire sociale diversifiée. Ces qualités, associées à une perspective véritablement mondiale et l'expérience politique au niveau fédéral, étaient excellentes indications qu'il servirait fidèlement la reine et tous les Canadiens à titre de gouverneur général. En effet, il l'a fait, apportant une atmosphère animée et fidèle à Rideau Hall. Il n’était donc pas surprenant que les Canadiens étaient ravis lorsque M. Johnston a accepté une prolongation de deux ans à Rideau Hall de la période de cinq ans qu’il est normale pour un gouverneur général, afin qu'il puisse jouer un rôle clé au cours des célébrations du Canada 150 en 2017 - à un coût non négligeable en termes de reprise de sa vie familiale chérie et un degré de vie privée.

Diplômé de l'Université de Harvard aux Etats-Unis (où il était un joueur de hockey All-American), l'Université de Cambridge au Royaume-Uni, Queen’s University en Ontario, le gouverneur général a combiné son expérience du droit des sociétés et de la communication avec une carrière dans l'éducation et administration. Après avoir enseigné le droit à Queen’s et l'Université de Toronto, il a été doyen de droit à l'Université de Western Ontario. De 1979 à 1994, il était recteur de l'Université McGill, après quoi il a été nommé recteur de l'Université de Waterloo en 1999.

M. Johnston était particulièrement apte à représenter la Reine - et, en mentionnant son rôle dans la plupart des occasions publiques, il était clairement fier de le faire - et de manifester ainsi le rôle principal du gouverneur général, mal compris ou dissimulé par certains de ses prédécesseurs. La gentillesse, l'authenticité et le caractère pur de Mme et de Mme Johnston les ont fait aimer aux Canadiens. Les monarchistes ne sont pas les seuls à le considérer comme le plus grand gouverneur général depuis de nombreuses décennies, et tout comme son prédécesseur peut-être le plus célèbre et le plus aimé, Georges-Etienne Vanier.





Mme Jean avec PM Stephen Harper

Michaëlle Jean


Alors que les Canadiens accueillaient un nouveau gouverneur général, David Johnston, en 2010, ils ont également fait leurs adieux à Michaëlle Jean, qui a quitté Rideau Hall à la fin de la période traditionnelle de cinq ans de service pour le représentant de la Reine au Canada. Ce fut une période qui a soulevé à deux reprises des demandes controversées de prorogation du Parlement. Une controverse s'ensuivit certainement, mais le traitement discret de la situation par la Gouverneure générale signifiait que toute critique qui en résultait s'adressait de manière appropriée aux acteurs politiques et non au bureau vice-royal.

L'une des réussites importantes de Mme Jean a été le rôle qu'elle a joué pour sensibiliser les Canadiens à la situation difficile en Haïti, son lieu de naissance, au point que le premier ministre a invité le GG au briefing opérationnel sur la crise. C'était une manière inhabituelle de reconnaître le droit de la Couronne d'être informé, bien sûr – mais qui montrait les côtés cérémonieux et politiques de l'exécutif en parfaite harmonie. La conférence de presse que Mme Jean a donnée plus tard le même jour qui l'a amenée aux larmes avec une intensité de sentiment que, beaucoup regardant les nouvelles du soir à considérer creuser un peu plus profondément dans leurs poches pour le soulagement des victimes innocentes à l'étranger.

Mme Jean a manifesté son soutien aux Forces canadiennes et a visité des troupes en Irak et en Afghanistan. Elle a soutenu la culture canadienne, surtout en ce qui concerne ses visages francophones et juvéniles. Un respect similaire pour les cultures autochtones a également été apprécié, surtout lorsqu'elle a délibérément choisi de manger du phoque lors d'un banquet inuit lors d'une de ses visites dans le Nord canadien. Et elle a été aussi une participante visible et enthousiaste lors d'événements artistiques partout au Canada.

À la fin de son mandat, l'ancienne gouverneure générale a poursuivi son service public en tant qu'émissaire spécial du Canada auprès de la mission des Nations Unies en Haïti. En novembre 2014, elle a été élue secrétaire générale de la Francophonie.

Contact

 Questions? Cliquez ici
  (1-800) 465-6925
  La Ligue monarchiste du Canada
B.P. 1057
Succ Lakeshore Ouest
Oakville, Ontario L6K 0B2

Média sociaux